Tourisme et handicap : de l’accessibilité au confort d’usage pour tous

plage_beig_meil_800_533

La loi de 2005 oblige tous les établissements accueillant du public à devenir accessible aux handicapés d’ici 2015. Les acteurs du tourisme s’y mettent lentement, mais certains font preuve d’initiative pour conquérir un public plus large qu’il ne paraît.

André Guignand, père du tourisme social et des fameux VVF vient de mourir mais a légué à la France –pour combien de temps encore- le concept de vacances pour tous. Cet ancien employé des Postes a peut-être eu l’une des meilleures initiatives d’après-guerre en matière touristique : vouloir rendre accessibles les vacances aux plus modestes tout en valorisant l’ensemble des territoires. Pour mon premier post, je tenais à rendre hommage à cet innovateur, capable d’allier croissance économique durable et solidarité, et qui incarne bien l’esprit de ce blog. André Guignand laisse ainsi un héritage que certains acteurs touristiques font fructifier en élargissant le concept de vacances pour tous non pas aux seuls critères de ressources mais également de capacité.

1 – Vacances pour tous, y compris pour les handicapés

La création en 2001 de l’association Tourisme et handicaps procède de cette volonté : « Nous voulons faire comprendre qu’améliorer l’accessibilité n’est pas juste un moyen de permettre aux handicapés de partir en vacances, mais d’assurer plus généralement le confort d’usage pour tous », insiste Annette Masson, la directrice de cette association qui va fêter cette année le 5000e établissement labellisé « Tourisme et handicaps ». C’est dans cet intérêt bien compris qu’a été lancé récemment le site www.handi-tourismebretagne.com, par le Comité régional du tourisme de Bretagne : « Ce site n’est pas uniquement réservé au 5 millions de personnes handicapées en France », précise Katell Beucher, référente du tourisme pour handicapés au Comité régional de Bretagne, pilote du projet.  » Il s’adresse aussi aux parents avec des poussettes, aux seniors et à tous ceux qui ont ou auront dans les années à venir une mobilité réduite. »

Tourisme Bretagne a lancé handi-tourismebretagne.com

Tourisme Bretagne a lancé handi-tourismebretagne.com

Défini ainsi, le handicap concerne en effet beaucoup de monde. La SNCF a même estimé qu’à terme, près d’un tiers de ses clients aura des problèmes pour se déplacer suite à une altération mineure (baisse de la vue, locomotion difficile, déficience auditive…). L’enjeu n’est donc plus anecdotique, et la cible visée est jugée par les pouvoirs publics « à fort potentiel ».

 

Cliquez sur l'image pour découvrir l'étude d'Atout France sur le tourisme et le handicap

Cliquez sur l’image pour découvrir l’étude d’Atout France sur le tourisme et le handicap

2 – Des sites touristiques dédiés aux handicapés

D’autres collectivités locales ont déjà lancé leur propre site dédié, comme le très actif département de Charente-Maritime http://www.handicaps-charente-maritime.com/ , la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur)  http://www.handitourismepaca.fr/  ou la Picardie http://www.weekend-picardie-handicap.com/

Des idées de séjours pour la Picardie

Des idées de séjours pour la Picardie

Comme à son habitude, cette dernière région se différencie des autres en proposant non pas un liste d’hébergements, d’activités et de services aux handicapés, mais des packages complets par thème. Une approche qui rompt avec la logique d’un choix par défaut en fonction des établissements accessibles pour privilégier les envies des consommateurs visés. « Je choisis d’abord ma destination – mer ou montagne – et les activités sportives que je veux faire », explique ainsi Pierre Rousseau, aveugle depuis une vingtaine d’années. « Nous sommes des clients comme les autres avec nos besoins et nos envies spécifiques », ajoute-t-il. « Nous ne sommes pas condamnés à passer toutes nos vacances à Lourdes », présente Jonathan Dupire, voyageur handicapé dans son blog Globe-roller sur lequel sont édités des guides touristiques régionaux avec des adresses qu’il a lui-même testées.

Jonathan Dupire Guide touristique Le Globe Roller par enviedagir

La stratégie de thématisation présente toutefois un risque : « La Bourgogne a créé des courts séjours spécifiques mais a dû y renoncer, faute de clients », regrette Annette Masson, qui pointe les problèmes de visibilité de l’offre, mais également de l’inertie de certaines associations pour handicapés : « Elles privilégient encore l’information sur les soins plutôt que sur les loisirs, vus comme secondaires », constate-t-elle.

3 – Les labels standardisent l’offre

Mais ces associations ont-elles intérêt à s’investir dans la prescription ou l’organisation de voyages ? Sauf handicaps lourds, ces clients préfèrent venir de plus en plus en individuel, avec leurs proches dans un lieu de caractère, après avoir réservé sur Internet. « Quand on voyage en groupe, on tombe souvent sur un hébergement standardisé, aux allures d’hôpitaux », expliquait en substance Marie-Odile Vincent dans les colonnes de la Gazette des communes, consultante pour le voyagiste Comptoirs des voyages qui propose avec son aide des séjours sur mesure à une clientèle handicapée. « Les normes et la labellisation peut être très pointilleuse et pousse à la standardisation », continuait-elle. Jonathan Dupire s’est ainsi parfois affranchi du label « Tourisme et handicaps » pour référencer des sites qui ne l’avait pas. « Le label est une garantie de sécurité et de confort contre des professionnels qui n’affichent qu’une accessibilité de façade », se défend Annette Masson.

4 – « Un investissement de 15 000 euros pour être labellisé »

C’est aussi une dépense sans garantie de retour sur investissement : « J’ai effectué plus de 15 000 euros de travaux d’aménagements dans mon zoo et mon château », explique Xavier Coadic, responsable de la communication et du marketing du domaine de la Bourbansais de Pleugueneuc, labellisé depuis l’été 2011. « J’ai dû former mon personnel à l’accueil de ces personnes pendant deux jours à une centaine d’euros la journée, refaire le cheminement en limitant la pente à 5 %, aménager des boucles auditives, des tables spéciales dans la cafétéria, textes en braille, plans multisensoriels, etc », explique-t-il.

plan multisensorriel

« Pour le moment, cet effort ne se traduit pas en valeur ni en fréquentation supplémentaire, mais c’est un vrai gain de confort pour tous, notamment les seniors et les enfants et c’est humainement très enrichissant. »

5 – Tourisme et Handicaps en guerre contre Handistrict

Pour ne pas dévaluer l’effort demandé aux labellisés et homogénéiser l’offre, l’association Tourisme et Handicaps est ainsi partie en guerre contre le nouveau site handistrict.

Capturehandistrict

Cette initiative d’open data est pourtant louable. Le site est censé géolocaliser tous les services, hébergements et sites accessibles aux handicapés. « Mais tous ne le sont pas vraiment », regrette Annette Masson qui a demandé – et obtenu- du ministère du Tourisme le blocage de l’accession aux données de Tourisme et handicaps. Du coup, cette initiative, pourtant bien utile, ne peut pas se développer et les pouvoirs publics n’ont pas prévu une solution alternative. Chaque région se retrouve ainsi à développer sa propre solution dans son coin, avec une visibilité en ligne variable selon ses moyens et ses compétences en matière des référencement. Le site du CRT de Bretagne a par exemple investi 50 000 euros pour le développement et le référencement de handi-tourismebretagne.com. Le montant pourrait sembler dérisoire si on ne le comparait pas aux 3 ME de budget global consacré par la Région au tourisme, frais de fonctionnement inclus. cette dépense se duplique par ailleurs, dans chaque région soucieuse de développer cette clientèle qu’on dit plus fidèle et plus fréquente. Les petites dépenses de chacun font ainsi les grands frais de tous, quand un site agrégateur du type Handistrict pourrait mettre en valeur toute l’offre touristique pour les personnes à mobilité réduite sur un seul site et d’un seul coup d’œil. Qui prendra l’initiative de réduire cet handicap ?

Publicités
Cet article, publié dans Les idées qui font bouger, Stratégie : inventer demain, Techno : la clé USB des champs, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s