Le salon mondial du tourisme fait oublier la crise


Le nombre de visiteurs de l’édition 2013 a augmenté de 6 % par rapport à l’an dernier. Les exposants, qui craignaient les effets de la crise sont satisfaits des contacts et des commandes. Tant pis pour les absents.

1 – Un salon en croissance

En ce dimanche 24 mars, dernier jour du salon mondial du tourisme de Paris (SMT), Eric et sa femme d’Etampes (91), ont été très clairs : « La crise ne fait pas tout, on se prive justement suffisamment pour ne pas le faire pour nos vacances ».  Ils ont donc tordu le cou à la morosité pour  venir au SMT « prendre des idées » et chercher « un lieu pour se reposer cet été ». Beaucoup d’autres ont fait de même. Selon l’organisateur Comexposium, la fréquentation de la 38e édition a ainsi été supérieure de 6 % à l’an dernier, soit environ 112 000 personnes contre 106 000 en 2012. Un vrai pied de nez aux exposants absents cette année.

Un SMT efficace contre la grisaille

Annette Masson, présidente de l’ASMT commente l’édition 2013 du salon

2 – tant pis pour les exposants absents

« La crise a joué en terme de réduction de stands de la part des exposants », a cependant admis Annette Masson, présidente de l’Association du Salon mondial du tourisme (ASMT). Certaines destinations comme l’Egypte ont fait l’impasse, tout comme beaucoup de départements et régions françaises, finalement assez peu représentées dans les allées, à l’exception de la Bretagne, du Limousin ou du Tarn-et-Garonne, par exemple mais surtout des régions de l’Est de la France, venues promouvoir le tourisme de mémoire. Les acteurs de ce tourisme de niche ont saisi la chance qui leur a été donnée par l’organisateur pour animer leur espace thématique, quand celui réservé à l’oenotourisme a brillé par son indigence.

Les Ardennes misent sur l’avenir avec le tourisme de mémoire

Carine Fay, directrice de l’Office de tourisme de Sedan présente l’offre des Ardennes

D’autres espaces ont trouvé leur public comme celui des bonnes affaires : « Certains visiteurs arrachaient les prospectus des promotions pour en profiter », raconte Annette Masson.

3 – Le prix ne fait pas tout

Pourtant tous n’avaient pas le seul critère du budget en tête. Le mode d’hébergement –de plus en plus insolite et nature – la qualité de l’accueil, l’ensoleillement ou le choix des activités vont aussi entrer dans l’équation des vacances des français cet été.

Les visiteurs du SMT ne cherchent pas qu’un prix pour leurs vacances

Avec ces critères en tête, les visiteurs interrogés qui privilégiaient pour beaucoup  la France, n’hésiteront pas à pousser la curiosité ou l’envie de repos hors des frontières. Les tour-opérateurs exposants ont ainsi constaté une augmentation du panier moyen des devis réalisés ou des forfaits achetés sur place.

Une chose en revanche n’a pas changé dans les allées du SMT : la forte appétence des visiteurs pour les dégustations de produits régionaux et pour les brochures.

Cédric Néau

Publicités
Cet article, publié dans Stratégie : inventer demain, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s